Psychologie de comptoir à tiroirs à typhon. Ainsi font.

H-quelques heures, le vent souffle et les gouttes virevoltent alors que tombe la nuit… Neoguri arrive.

Bon, en réalité pas de quoi s’affoler dans les parages de Tokyo : le super typhon a perdu de sa superbe et est retombé dans la catégorie « tropical storm ». Voilà qui lui donnerait presque un petit côté exotique, des airs de pub Ushuaïa qui va simplement nous rafraîchir ! On a quand même eu droit à une douce voix qui résonnait toute la journée dans les labos et couloirs de l’université, que l’on m’aura résumée en « Useless advice! And go home early. » Ca c’est noté ! Mais ça ne vient pas troubler le calme ambiant, on est loin de ce qui a soufflé à Okinawa et Tokyo est l’un des coins les plus préservés sur les cartes de trajectoire et de risques de notre cher Neoguri qui prend pourtant un malin plaisir à se promener d’île en île et à visiter tout le Japon !
Mais pour une « gaijin » comme moi, pas encore blasée de la routine typhonienne (voire typhongique), ça donne tout de même un sentiment étrange… Ca fait bien 10 jours qu’on en parle, et c’est assez déroutant l’idée de cette épée de Damoclès qui tombe de manière inéluctable, au ralenti, leeeentement. On parlait d’un typhon qui arriverait sur les côtes sud japonaises en début de semaine. Moi naïvement, lundi, je m’attendais à des bourrasques, un déluge, le début de la fin du monde ! Que nenni, grand ciel bleu et grand soleil ! Ca vous nargue un truc comme ça, et ça vous prend de haut ! Ca avance à tout petits pas, ça vous change son tracé, comme ça, l’air de rien, ça vous laisse en suspense sur le moment où super tyty commencera à fatiguer et à être un peu moins agressif… et toi tu te retrouves là, bêtement, avec l’impuissance d’un saumon qui s’est retrouvé en haut des chutes du Niagara (la fin est proche, oui oui, la métaphore est puissante), que dis-je, c’est même pire que ça : impossible de se débattre, tu n’as qu’à attendre, passivement, que ce kamikaze vent divin * daigne s’abattre sur toi.
Enfin bref tout ça n’est que psychologie de comptoir à tiroirs sans fond, puisqu’ici on ne craint pas grand chose. (enfin normalement) (hein dîtes!) (euh y’a quelqu’un ?!) (à l’aiiiiide !!) Je m’égare…
Je n’ai donc plus qu’à me réconforter avec mon jus de kiwi et mes chips au chocolat en attendant que le vent se lève…

*J’ai appris une nouvelle étymologie cette semaine, je suis toute fière de la recaser, ça fait fille cultivée

PS : je triche un peu, ce sont des photos qui datent d’une dizaine de jours ! Comme quoi, y’a pas qu’les tyty qui font la pluie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s